Smartphone écolo : les règles à suivre

de | 7 novembre 2016

smartphone-ecoloMettons les choses au clair dès le départ : on ne peut malheureusement pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Un smartphone n’est pas écologique par définition (ressources nécessaires à sa production, ressources électriques consommées pendant sa durée de vie, et en fin de vie, des déchets très polluants et difficilement ou pas du tout recyclables). Par contre, on peut minimiser l’impact de son smartphone sur l’environnement : en choisissant un smartphone plus respectueux, en évitant d’acheter le dernier-modèle-qui-est-une-tuerie-trop-beau, tout en gardant son téléphone « vintage » à jour avec les derniers développements techniques et mises à jour du système.

Le smartphone presque écolo : le Fairphone

C’est la première alternative: celle d’un smartphone dont les composant sont soigneusement sélectionnés pour minimiser leur impact sur l’environnement. Ce smartphone est également le plus facilement réparable ; en cas de panne d’un composant ou d’écran cassé, pas besoin de l’emmener chez un réparateur ; vous pouvez le réparer seul et facilement, à moindre coût.

L’inconvénient : Ce smartphone est presque écolo. Et vous n’avez pas le choix du firmware (version d’Android).

L’avantage : on soutient une initiative courageuse, européenne, et porteuse d’espoir.

Voir le site de Fairphone

Conserver son téléphone, et le mettre à jour (Android)

On le sait, dans l’univers des smartphone, ce n’est pas tant l' »obsolescence programmée » (la panne) qui est un fléau. En effet, lorsque les utilisateurs changent de téléphone, ce dernier est souvent encore complètement fonctionnel. Ici, c’est l' »obsolescence perçue » qui entre en jeu. Les fabricants s’emploient à nous faire percevoir notre smartphone de 18 mois comme un truc qui date de l’âge de pierre. Et en tant que geek qui se respecte, nous souhaitons un téléphone à jour du dernier OS (système d’exploitation).

Sous IOS (Iphone), cela se fait par mise à jour proposée par Apple sur les modèles concernés. Après quelques années, Apple ne s’embarrasse plus. L’idée est bien évidemment de nous faire racheter un téléphone plus moderne pour bénéficier de mises à jour (de logiciel et de style). Si vous n’êtes pas convaincu(e) par le fait qu’Apple soit une entreprise destructrice de l’environnement, vous pouvez voir leurs actions en terme de lobbying pour empêcher que les Iphones soient réparables (article en français ici).

Chez Apple, il n’existe aucun moyen de rendre compatible son ancien Iphone avec les dernières mises à jour. Avec sa suppression de la prise casque sur les derniers modèles, et son déluge d’adaptateurs voire de changement de matériel audio qu’il engendre, l’Iphone est donc à proscrire.

Le changement de prise sur l'Iphone

Du côté d’Android, les choses sont plus faciles. Android est à la base un système Open Source, que Google a bien customisé pour se rendre incontournable. Après 2 ans, les fabricants (Samsung LG, Sony et consorts) ne s’embarrassent pas généralement à mettre à jour leurs anciens terminaux.

La bonne nouvelle : il est possible de se tourner vers des systèmes d’exploitation (« firmware ») alternatifs, qui permettent d’installer la dernière version d’Android (avec ou sans les morceaux de Google dedans), même si le constructeur communique sur le fait que le téléphone ne le peut pas (ce qui est bien évidement faux). Bref, on reprend le contrôle de son smartphone, et ça, c’est un geste militant mon bon monsieur / ma bonne dame. Un exemple est le projet LineageOS (site en anglais). Cette distribution permet de faire tourner la dernière version d’android sur des téléphones sortis il y a 3, 4 voire 5 ans. La communauté adepte de LineageOS est de plus en plus nombreuse, et vous pouvez facilement trouver des informations pour l’installation de cette fameuse dernière version d’Android sur votre smartphone. LineageOS est la distribution la plus connue, il en existe sans doute d’autres pour votre téléphone (chercher « Rom » + « modèle de téléphone » sur votre moteur de recherche favori).

L’inconvénient : il faut s’armer de patience pour mettre en œuvre tout ça (et bien suivre pas à pas les tutoriels).

L’avantage : la dernière version d’android sur un téléphone vieux de 4 ans, qui fonctionne à merveille (mieux que neuf avec le firmware du constructeur). Et la fierté de l’avoir fait comme un grand.

 

Racheter un téléphone (quasi) neuf

Un smartphone neuf, oui, mais un smartphone reconditionné. A la différence du smartphone d’occasion, ce dernier est nettoyé et remis à neuf, vérifié par des professionnels. La loi oblige une garantie de 6 mois. Bref, un bon compromis.

Ainsi, on évite de stimuler la production d’un fabricant, tout en ayant un téléphone existant. Il existe de nombreux reconditionneurs, et une start up a eu la bonne idée de les rassembler sur une même plateforme : Backmarket. En plus, la protection de l’environnement ne semble pas servir d’excuse chez Backmarket ; on met un point d’honneur à parler de « poids de déchets évités » et on s’efforce de rendre cet acte d’achat à la fois écolo, militant, drôle et cool.

 

Se passer de smartphone

C’est aussi une possibilité, celle l’écolo warrior : le smartphone le plus écolo est celui qui n’existe pas. Tout le monde connaît cet ami qui n’a pas de smartphone. Le tenter c’est risquer de l’adopter (le fait de se passer de smartphone, pas l’ami).

Et vous ? Vous en êtes où avec votre smartphone ?

Lire d'autres articles :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *