Mark Zuckerberg nous met au défi, Google montre l’exemple

de | 15 octobre 2011

McDonald vend environ 550 millions de BigMac par an rien qu’aux Etats Unis. 550 millions de portions steaks hachés. On se pose rarement la question de savoir ce qu’il y a derrière. Même chose pour le poulet que l’on mange en famille de façon hebdomadaire. Le jambon qui accompagne notre purée ou dans notre sandwich. Il y a une sorte de détachement par rapport à notre nourriture; le rapport à l’animal est devenu un rapport à l’objet. C’est sur ce point que Mark Zuckerberg, l’emblématique fondateur et patron de Facebook, a pris une initiative -personnelle- très intéressante.

En Mai dernier, le patron de Facebook a annoncé sur son compte à son profil « privé » (et rapidement relayé dans le magazine Fortune) qu’il avait décidé d’appliquer la philosophie du « tue ce que tu manges ». Cette initiative fait partie de challenges annuels qu’il se fixe: l’année dernière, il apprenait le chinois, et l’année d’avant, il mettait quotidiennement une cravate. Certes, l’exigence envers lui même semble aller crescendo, et l’initiative de cette année prend un sens tout particulier.Voici un extrait du message :

Chaque année je me fixe des défis personnels. C’est un bon moyen d’explorer différentes choses je n’aurais pas faites autrement, et de me mettre au défi (…). J’ai décidé cette année d’être plus reconnaissant pour ce que j’ai. Je me suis longtemps demandé comment faire, et j’ai finalement décidé de me forcer à m’impliquer personnellement, en remerciant les animaux dont j’ôte la vie pour me nourrir. Les tuer était le meilleur moyen de me rappeler quotidiennement d’être reconnaissant. Ainsi, chaque jour où je ne peux pas manger de viande, je me rappelle pourquoi, et qu’en j’ai l’occasion d’en manger, c’est particulièrement bon. Ce défi a également l’avantage de me faire vivre plus sainement, et j’ai aussi beaucoup appris sur un mode vie « durable ».

Dernièrement, Mark Zuckerberg aurait ainsi tué un bison.
Cette décision de respecter plus la vie et ce qu’elle apporte, si elle est louable en elle-même, ne compense pas l’impact qu’à Facebook sur l’environnement. Car si Mark Zuckerberg semble prendre conscience de certaines réalités, ce n’est toujours pas le cas de sa société. GreenPeace avait épinglé le réseau social en 2010, en publiant une vidéo  » The so coal Network »

Facebook : Greenpeace vous invite à abandonner… par gpfrance

Google vs Facebook : le match du plus écolo

Facebook annonçait en effet en Février 2010 son intention d’implanter un datacenter (une infrastructure de serveurs très énergivore) en Oregon, où l’éléctricité produite vient en grande partie du charbon (le charbon reste une des sources d’energie les plus polluantes). Facebook avait alors rapidement réagit, en montrant son désaccord non pas sur « la necéssité de réduire la consommation de charbon », mais « sur la manière d’y arriver ». La ligne de défense du réseau social résidait dans l’efficacité des serveurs et leur optimisation pour consommer le moins possible de ressources. Reste que si réduire sa consommation est une bonne chose, passer à des énergies plus propres s’avère être un effort que certains font d’ores et déjà.

Google, quand à lui, a depuis longtemps été communiqué la source de son électricité, et les initiatives ne manquent pas accroître la part du renouvelable dans celle-ci (et le géant l’utilise aussi comme un outil de communication). Mais il restait un secret, sans doute le plus important : le volume de sa consommation électrique. Le groupe avait jusqu’il y a peu entouré du sceau du secret industriel sa consommation énergétique ; c’est désormais du passé, Google communique désormais dessus. Et le bilan semble plutôt positif selon GreenPeace.

Donc pour le moment, l’avantage est à Google. Sachant que Facebook représente selon Doubleclick 1 000 000 000 000 pages vues (1000 milliards) par mois, il serait peut être temps de penser à changer de source d’énergie, du moins commencer.

Pour l’anecdote, on notera que du côté de Google, une personne emblématique du géant de Mountain View, Matt Cutts (le responsable de l’équipe antispam), a lui aussi pour habitude de relever des challenges personnels, mais cette fois sur une base de 30 jours.

Et ce moi-ci, son challenge est de manger …. végétarien.

Voir la vidéo (en anglais) de Matt Cutts lors de sa conférence à TED (en anglais), sur ses défis de 30 jours :


Matt Cutts: Try something new for 30 days par TED

Lire d'autres articles :

17 réflexions au sujet de « Mark Zuckerberg nous met au défi, Google montre l’exemple »

  1. Mia@sociéto-écolo-virus

    J’ai un tout petit peu de mal à comprendre ce que tu veux dire dans ton paragraphe sur les datacenters : facebook décide d’installer un datacenter en Oregon et puis réagit rapidement en montrant son désaccord sur la façon de réduire la consommation de charbon ?
    Une phrase a du se perdre quand tu as posté l’article j’imagine.

    Sinon, l’idée du « tue ce que tu manges » me plait beaucoup, c’est une version du locavorisme et c’est louable, comme tu dis. Dans la pratique, j’aimerais bien m’y mettre mais je me demande comment on fait quand on vit en ville. Tir au pigeon ?

    Je vais continuer à y réfléchir donc. Merci pour cet article !

  2. Renanito Auteur de l’article

    Merci beaucoup pour ce feedback ; il manquait en effet le fait que le datacenter en question est alimenté avec de l’énergie provenant du charbon. Element crucial en effet pour la compréhension de l’article…
    Pour le locavorisme, le tir au pigeon me paraît pas mal… Tuer des bisons, ça reste un délire de milliardaire, mais qui peut faire réfléchir. Je ne pense pas que le but premier soit le locavorisme (l’histoire ne dit pas si ce bon vieux Mark n’est pas venu tuer son bison en Europe…). Je pense que c’est une réflexion pour mieux réaliser le sacrifice que représente un burger pour l’animal qui est dedans.
    A ce que j’ai pu voir sur ton blog, tu es au Danemark… Donc si je ne dit pas de bêtise, le locavorisme est possible avec le poisson, les côtes se trouvant toujours à moins de 100 km, et sont pleines de hareng. Il reste juste à trouver la canne à pêche.

  3. Mia@sociéto-écolo-virus

    Les côtes sont toujours à moins de 50km, pour être précise et comme je suis à Copenhague, j’ai la mer en bas de chez moi. Je me demande bien quelle est la réglementation sur la pêche au hareng en agglomération tiens.

    D’une façon générale, réintroduire la chasse dans notre vie quotidienne changerait tout notre mode de vie : il deviendrait important de passer régulièrement quelques jours à la campagne pour faire des stocks (parce que les pigeons et les chats pelés, ça finirait vite par lasser), on réduirait sans doute significativement notre consommation de viande et on aurait un rapport à la nature beaucoup plus sain, j’imagine. Je vais m’acheter une canne à pêche donc.

  4. opale

    Je viens de découvrir votre (ton?) blog car je faisais des recherches sur les blogs « écolos » et j’ai été agréablement surprise par la qualité de votre blog, je tenais à vous le dire !
    Il y a des sujets d’actualité intéressants, avec des liens qui aident à en savoir d’avantage si l’on veut aller plus loin, c’est bien écrit, vous méritez d’être (re)connu pour cette cause qui m’est chère à moi aussi !
    Le seul bémol, c’est que vous ne publiez pas beaucoup 🙂
    Opale (normande exilée à Paris et inquiète pour notre planète)

  5. Renanito Auteur de l’article

    Merci Opale pour ce commentaire qui fait chaud au coeur !
    En effet, ce blog est un peu en standby ; il me demande beaucoup de temps (en effet, j’aime bien appuyer ce que je dit sur des sources et des élements externes), et le temps est toujours une question d’arbitrages…

    En tout cas, merci pour le soutien, qui m’encourage à reprendre très prochainement du service sur tantmieux!

  6. AnonymousCanada

    facebook depuis sa sortie du site je le s’avais ce site c’étais le pire du monde c’étais trop beau pour être vrai que le site étais parfait sont site mérite même pas d’exister ni se refaire réanimer ! facebook détruit nos vie social pis je parle pas du virtuel bon dieu je parle de notre vrai vie il a détruit la vie des gens tu devrait mieu fermer tes porte de ton site facebook Mark Zuckerberg si non c’est de douce ou de force ton site sera fermer

  7. AnonymousCanada

    bref c’est pas une attaque j’essaie de vous faire comprendre que facebook devrait limiter le temps de naviguer ils y a trop de personnes qui navigue sur facebook est qui passe trop de temps sa serait bien si Mark Zuckerberg limiterais le temps de passer sur facebook sa éviterais bien des ennuis c’est une aide je lui offres pas des problèmes . je vous dit sur le message précèdent je suis sincèrement désoler de ce petit commentaire négatif je m’excuse auprès de facebook est Mark Zuckerberg je souhaite que facebook prend mon idée de limiter le temps de naviguer sur facebook sa serait une joie est je le remerci d’avance de m’avoir écouter est accepter mon idée encore une fois je suis désoler du commentaire précèdent

  8. AnonymousCanada

    je part de ce site je n’est plus rien a faire ici aurevoir

  9. Erasmus Tharnaby

    Il y a une petite erreur de la part du rédacteur, qui n’est pas un habitué des Magdos : 550 000 big mac, ça fait 1 100 000 steacks, puisque chaque unité contient deux steacks.
    Puisque le débat est ouvert sur la source d’énergie, j’aimerais savoir quand Greenpeace France cessera d’utiliser l’électricité française puisqu’elle contient une part importante d’électricité issue de l’énergie nucléaire ?

  10. Léa

    Si Mark pense que c’est mauvais de manger de la viande, qu’il n’en mange pas. Sauf à être riche ou habiter la campagne avec un port d’arme, je ne vois pas comment pratiquer cette philosophie au quotidien en ville… « Chérie, fait chauffer le four, j’ai réussit à attraper le chien du voisin! ».
    Dans le même secteur d’activité de Mark, Steve Jobs était végétarien et ne tuait pas de bisons…

  11. Polina

    Je viens de découvrir votre blog et sincèrement vous devriez écrire plus souvent ! Je reviendrai sans faute pour visiter plus de pages, bravo !

    En tout cas, même si je crois que « manger végétarien pendant 30 jours » n’a rien d’un challenge (on va dire quand même que ce n’est pas très compliqué vu toutes les possibilités offertes d’aujourd’hui), l’intention est louable. Quant à Mark Zuckerberg, sa philosophie pourrait faire disparaître les pigeons des centre-ville 🙂

  12. Renanito Auteur de l’article

    Merci pour les encouragements….Même s’il m’est difficile de tenir ce blog à jour aujourd’hui, je tenterai de poster prochainement de nouveaux billets.
    Nous sommes d’accord que manger végétarien n’a rien d’un challenge en soi, mais je vous invite à tenter de le proposer à votre entourage ; vous risquez d’entendre plutôt « moi, je ne mange pas la nourriture de ma nourriture » et autres joyeusetés…
    Pour les pigeons, pas faux; va falloir y penser. 😀

  13. DreamHouse

    Belle article! Comme cela est dit plus haut vous devriez écrire plus souvent en tout cas +1 lecteur pour vous!
    Cordialement

  14. Mathilde

    Posture assez paradoxal de la part de Facebook quand on connait leur « consommation » de serveurs afin de stocker l’ensemble des données, ce qui en fait sans aucun un des principaux pollueurs de cette bonne vieille planète Terre.

  15. Julien

    Avec tous les milliards de dollar qu’il ramasse chaque seconde grâce à Facebook, c’est normal qu’il fasse un petit geste écolo. Mais bon, je me pose quand même une question. S’il était un simple citoyen, est ce qu’il en fera de même ?

  16. Gregory

    J’ai du mal à croire aux bons sentiments de la part de tels mastodontes ultra-capitalistiques mais le marketing écologique est une très bonne chose : même si c’est « intéressé » ça pousse les entreprises à aller dans le sens du respect de l’environnement.

  17. Erasmus Tharnaby

    Bonjour,

    non, la COP21 n’est pas scientifiquement fondée : lisez le dernier article des Climato-réalistes.

    La COP21 est une étape dans la prise de pouvoir mondiale de l’ONU.

    Non l’écologie n’est pas une doctrine gentille : c’est une arme politique (re)fondée dans les années 60 par des multinationales d’extrême droite.

    De fait l’écologie n’est ni sociale, ni solidaire et encore moins citoyenne : elle est, dans ses fondements mêmes, anti-républicaine, autoritaire, anti-progressiste, ultra-conservatrice et naturellement, malthusienne.

    Il faut avoir la culture politique d’un topinambourg bio pour avaler ces fariboles sans y regarder à deux fois.

    E.T.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *