La compensation carbone : bonne conscience ou réelle utilité ?

de | 15 juin 2010

compensation-carboneLa compensation carbone, vous en avez sans doute entendu parler. Le principe est de verser un montant à un organisme pour financer la compensation de vos émissions : votre contribution finance divers types de projets (reforestation, mise en place de projets permettant de réduire des émissions de CO2…). C’est un peu comme la « taxe de la pénitencerie » de l’Église il y a quelques siècles (vous payez pour racheter chaque péché), façon moderne et écolo.

Même l’Ademe, organisme public, prend très largement ses distances sur son site web,et émet de façon informelle un sérieux doute sur la crédibilité du processus de compensation carbone :

cette opération, de nature économique, comporte au moins 3 risques :

  • que le projet ne génère pas les réductions d’émissions attendues,
  • que la même tonne de CO2 puisse être vendue à plusieurs acteurs,
  • enfin que le prix auquel le crédit est vendu ne corresponde pas à un prix de marché.

On ne pourra pas dire qu’on ne nous aura pas prévenu.

Rendre visible l’action et communiquer

Aujourd’hui, nombreuses sont les entreprises qui communiquent sur leur « compensation carbone ». Cela permet une nouvelle fois de se donner bonne conscience à moindre frais. Pour beaucoup d’acteurs, la compensation carbone est un moyen simple et rapide de dire « ça y est, j’ai fait mon truc pour l’environnement ». On en revient à la fameuse taxe de la pénitencerie. Le raisonnement du « puisque j’ai fait mon jogging, je peux me gaver de pâtisseries » n’a jamais été très productif. Avec ce raisonnement, il suffirait à BP de rejoindre Total dans le sponsoring de documentaires (type Océans) pour faire oublier sa dernière marée noire.

La plupart des projets proposés par les acteurs dominants de ce « marché » proposent des prestations de « reforestation ». Mais un arbre ne stocke que de manière temporaire une quantité quasiment impossible à évaluer de CO2… Bref, ces estimations ne sont pas souvent fiables, et ces promesses de compensation n’engagent malheureusement que ceux qui les reçoivent… D’autres actions visent à encourager la réduction des émissions de CO2 de tiers, comme par exemple en finançant des projets de « biodigesteurs » ou autres fours optimisés. Cette fois, c’est un peu se donner bonne conscience à demander aux autres de réduire leurs émissions pour soi… Faîtes ce que je dis et pas ce que je fais.

Une utilité certaine

Reste qu’il n’en est pas moins bon de financer des projets visant à aider la nature. Ne jetons pas bébé avec l’eau du bain (ni ne poussons mamie dans les orties) : certains opérateurs affichent une très grande clarté sur leur processus de validation de compensation. Citons la Fondation Good Planet (dirigée par Yann Arthus Bertrand), qui contrôle l’opérateur Action Carbone. Cette même fondation, via l’évènement 10:10, incite les Français à réduire leur émissions de 10% en 2010,  en excluant clairement le principe de compensation dans le calcul.

Certes, la compensation carbone peut être utile : on ne peux pas faire grand chose sans émettre de dioxyde de carbone (à commencer par respirer). Seules les entreprises (et les particuliers) s’engageant déjà dans une réduction de leurs émissions peuvent justifier de compenser leurs émissions. Pour reprendre la métaphore précédente, maigriront seulement ceux qui réduiront leur consommation de pâtisserie en pratiquant une activité physique régulière (tiens, ça me donne une idée de billet : « être écolo donne la forme »).

Donc règle numéro 1, avant de compenser, réduisons !

Lire d'autres articles :

Une réflexion au sujet de « La compensation carbone : bonne conscience ou réelle utilité ? »

  1. Julien

    Merci pour ce post très intéressant, je compense mes émissions plus d’un an avec le programme Action Carbone de la fondation GoodPlanet.
    J’ai eu l’occasion de les rencontrer sur un salon l’an dernier et ce sont des gens sérieux et investis, je vous recommande pour vous en convaincre la lecture de leur rapport annuel http://www.actioncarbone.org/docs/100430RAC09_VF.pdf

    Je partage tout à fait les réserves de votre article sur la « mauvaise » compensation carbone et je vais envoyer un mail à Action Carbone pour savoir leur avis sur cet article. Sur les écueils évoqués, leurs projets sont certifiés par le Gold Standard d’après leur site web http://www.actioncarbone.org/projet.php?typ=co2&id=37

    Quelqu’un peut il m’en dire plus sur ce label ?

    Merci,

    Julien,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *