Air France, un avion écolo ? Où ça ?

de | 9 avril 2010

Selon une dépêche AFP, Air France aurait réalisé son premier vol transatlantique « vert ». Ce vol eu lieu dans le cadre du programme AIRE (Atlantic Interoperability Initiative to Reduce Emissions), sous l’égide de l’Union Européenne.

Gardons à l’esprit que le fait d’ envoyer un avion de plusieurs dizaines de tonnes à une vitesse de 800 km/h à plus de 10 000 mètres d’altitude ne semble  pas très écolo en soit… On dira que le vol est moins polluant, mais de là à le qualifier de « vert », il y a une marge…

Néanmoins, on peut saluer les efforts qui sont faits pour limiter l’impact énergétique et en terme de rejets de ce procédé (pour rappel, l’aviation civile serait responsable de 3% des emissions de CO2 dans l’atmosphère). Dans un premier temps, on pourrait dire bravo à Air France qui a servi de « cobaye » au programme.

Comment un vol peut peut-il être estampillé vert ? Selon la dépêche, parmi les « nombreux principes » mis en place, figurent la « diminution du temps de roulage au sol, la montée et la descente « continue » (et non par paliers comme cela se fait habituellement) et, en croisière, « le choix continu de l’altitude et de la vitesse optimales pour réduire la consommation de carburant » « . L’avion aurait donc  émis 6 à 9 tonnes de CO2 en moins.

Anguille sous roche

La première question qui vient à l’esprit : mais comment n’y a t-on pas pensé avant ?

Le fait qu’il ai fallu attendre des dizaines d’années avant de se poser la question montre bien que l’Homme n’agit qu’une fois qu’il est face à un gros problème. Ou alors face à de gros enjeux financiers. Suspicieux que je suis, et commençant à connaître la nature humaine, je suspecte que la  motivation soit sans doute financière (fortes économies de carburant), et permette en plus de se coller une jolie image verte.

La seconde question, qui aurait sans doute dû figurer dans l’article, est « OK, 6 à 9 Tonnes d’économie, c’est bien, mais combien un avion émet t-il de CO2 au total?« . Le modèle d’avion concerné, un Boeing 747, transportait 420 passagers. Sachant que, selon le simulateur de  la Direction Nationale de l’Aviation Civile, l’émission moyenne de CO2 par passager sur un Paris – New York est d’environ 522 kg, les émissions totales d’un avion sur ce trajet sont de 219 tonnes de CO2…

L’économie de 6 à 9 tonnes annoncée ne représenterait donc que 2,7% à 4% du total du CO2 émis par l’appareil sur le vol… Cela méritait t-il une couverture médiatique ? Pour le symbole, peut être…

Avion réacteur et à réaction

Pour le fun : selon la dépêche, si tous les vols transatlantiques d’Air France suivent le même principe, 135.000 tonnes d’émissions de CO2 par an serait économisée. On peut donc en déduire que les vols, uniquement les « transatlantiques », de la seule compagnie Air France, émettraient entre 3 375 000 et  5 000 000 tonnes de CO2 par an. Un joli petit bilan carbone ma foi.

Et l’AFP dans tout ça ?

Comment l’AFP peut participer à un telle opération de communication ? Car il s’agit d’un cas manifeste selon moi de Greenwashing. Non pas les efforts consentis par l’Union Européenne pour réduire les émissions, car il faut bien commencer quelque part, mais par le titre du communiqué « Air France a effectué le premier vol transatlantique « vert »« .  Ok, le mot est galvaudé, a complètement perdu de son sens originel car utilisé par tout le monde de façon justifiée (ou pas, le plus souvent).Dans le contenu de l’information, aucune mention de l’Union Européenne ou du programme européen AIRE.

J’imagine que le journaliste a pu reprendre un communiqué de presse d’Air France tel quel… Quoiqu’il en soit, la dépêche est reprise sur de nombreux sites, et il me semble que l’information soit quelque peu incorrecte… D’autant que l’omission du pourcentage que représente l’économie est, je pense, difficilement justifiable.

Donc, pour répondre à la question initiale, le transport aérien n’est pas écolo, et ne le sera sans doute jamais. Si ce n’est dans la tête de certains consommateurs un peu dupes, dans le titre d’articles quelque peu naïfs, et dans les services de relations publiques et de communication de certaines compagnies aériennes.

Lire d'autres articles :

7 réflexions au sujet de « Air France, un avion écolo ? Où ça ? »

  1. Amanda

    Mieux vaut tard que jamais? Peut-être. Une stratégie de marketing? Je suis sûr. Suffit-il de l’aide? Je ne sais pas, mais je l’espère. Je voudrais voir toutes les compagnies aériennes cela. Je ne sais pas si cela peut aider, mais je sais que ne pas faire quelque chose pour réduire les niveaux de CO2 va certainement continuer à faire du mal.

  2. Renanito Auteur de l’article

    Il est vrai que si toutes les compagnies aériennes s’y mettaient, les économies de CO2 seraient non négligeables… Je ne critique absolument de principe de vouloir réduire son impact ; c’est même, entre autres, une des raisons qui m’a poussé à ouvrir ce blog.

    Mais une autre raison d’être de ce blog est clairement de dénoncer les manipulations pseudo écolo dont on fait l’objet ; je pense qu’un article repris dans toute la presse ayant pour titre « Air France a effectué le premier vol transatlantique « vert »  » nous prends sacrément pour des cons. « Air France agit pour réduire ses émissions de CO2 », « Air France : un vol test pour réduire les émissions de CO2 » aurait été plus correct.

  3. lefermier

    Je voulais juste rajouter une piste de réflexion :
    Si on prend la production CO2 de l’avion par passager : 522kg avec le nombre de km : 5851km
    ça nous fait : 90g/km/passager
    Soit l’équivalent au rejet d’une petite voiture roulant à 110km/h, je trouve que pour un avion volant à 800km/h finalement c’est pas beaucoup de rejet de CO2.

    Personnellement, je dis : « vive l’avion ! »

  4. Renanito Auteur de l’article

    Si on veut… Sauf que l’avion nous fait « cramer » ces 522 kg en 8 heures grosso modo ; il faudrait rouler plus de 53 heures avec ladite voiture pour faire la même distance, de quoi en décourager plus d’un de faire ce voyage…

    Donc indirectement, l’avion incite à cette débauche d’énergie, sans en faire vraiment prendre conscience à ses passagers.

    D’autre part, la mesure des émissions de CO2 des voitures est faîte par un organisme financé par les constructeurs ; je pense qu’on peut ajouter généreusement quelques dizaines de grammes à ce qui nous est communiqué.
    http://www.tantmieux.fr/voiture-propre-bonus-ecologigue-gamme-eco2/

  5. Romain

    Qui à dit que les avions était écolos ? –‘ Et si vous dites ça, ne visez pas Air France directement. Toutes les compagnies aériennes sont au même niveau, niveau polution…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *